Appel à participer à la Marche de la justice et de la dignité le 19 mars 2017

Publié le jeudi 16 mars 2017

Le SMG appelle ses adhérent-e-s à participer à la Marche de la justice et de la dignité, le 19 mars 2017 !

Au sein des quartiers populaires, nous recevons dans nos lieux de soins une population qui exprime ses difficultés et ses souffrances. Nos consultations sont des moments où se libère la parole et les jeunes témoignent de cette discrimination dont ils et elles sont victimes, notamment les incessants contrôles de la police. Cette confrontation permanente et violente entre la jeunesse et la police aboutit aux risques de la violence extrême.

Cette haine réciproque est un symptôme de ce qu’est devenue la vie dans ces cités où dominent la précarité, le chômage et l’abandon social. La majorité de cette jeunesse étudie, s’investit dans l’expression artistique, dans les actions de solidarité, dans le sport… mais tou-te-s ont en commun de subir la violence verbale de la police qui insulte, qui tutoie, qui rudoie, qui travaille inlassablement à les faire se sentir illégitimes dans l’espace public…

La loi du 28 février 2017 permettant aux forces de polices municipales d’être armées plus facilement, à la demande des maires, est un danger de plus et envoie un signal catastrophique à la société.

Ce n’est pas en modifiant la loi pour donner encore plus de légitimité aux excès que nous ferons cesser cette confrontation, mais en exigeant de la police qu’elle soit réformée (police de proximité issue des mêmes milieux sociaux, suppression du paiement à la performance [nombres d’arrestation, d’affaires résolues]).

Nous accompagnons les habitant-e-s des quartiers populaires pour les soigner et cela passe par les aider à ne pas sombrer dans le fatalisme qui les condamnerait à être pour toujours les exclu-e-s et les désaffiliés de la société !

Nous attendons du gouvernement qu’il fasse plus pour celles et ceux qui ont le moins et qu’il n’attende pas qu’un jeune se fasse violer pour découvrir le problème structurel de la police avec les jeunes des banlieues.

Nous comprenons la colère des habitant-e-s des quartiers populaires. Le temps de la justice est trop long, et rarement équitable quand il s’agit des jeunes des cités !

Nous appelons à l’expression de la dignité et au respect des habitant-e-s des quartiers populaires.

Nous appelons à la fin de l’état d’urgence.

Lire aussi

Face à la régression libérale, le 16 novembre défendons un autre monde !

14 novembre 2017
Le Syndicat de la Médecine Générale appelle ses adhérent.e.s à rejoindre dans la rue le front social contre les ordonnances Macron et ses dommages considérables pour la vie et la santé des salarié·e·s. …

60 euros pour un cancer ? Nouveaux tarifs médicaux, même logique insensée et inadaptée

10 novembre 2017
Des tarifs majorés de consultations dites « complexes » en médecine générale sont applicables depuis le 1er novembre 2017. Le Syndicat de la Médecine Générale (SMG) dénonce le paiement à l’acte réducteur …

OBLIGATION VACCINALE, la ministre tente de nous hypnotiser tout en se fourrant le doigt dans l’œil : à qui profite « le crime » ?

15 septembre 2017
Madame Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a annoncé le 31 août 2017 l’extension de l’obligation vaccinale de 3 à 11 vaccins, des enfants de moins de 2 ans, à partir du 1er janvier 20181. La ministre a …

Ordonnances « Macron » : une politique barbare - NON à l’ubérisation du Code du travail

4 septembre 2017
Le SMG appelle ses adhérents et l’ensemble des citoyen.ne.s à se mobiliser le mardi 12 septembre 2017, contre la nouvelle réforme du Code du travail. La méthode est sournoise et brutale par des …