Réponse de l’USP à Mme Wonner, co-rapporteuse de la mission parlementaire sur la psychiatrie

Publié le vendredi 27 mars 2020

Madame la députée,

Vous nous invitez à vous faire remonter les difficultés rencontrées dans l’exercice des soins psychiatriques. Vous n’êtes cependant pas sans savoir ces « difficultés », chroniques, que nous avons notamment rapportées lors de la commission parlementaire sur la psychiatrie à laquelle vous aviez convié notre syndicat : pénurie de moyens humains et matériel, abandon d’une politique de secteur facilitant l’accès aux soins psychiques pour toutes et tous sur l’ensemble du territoire, formations lacunaires des soignants dominées par la prévalence scientiste d’une pensée unique de la psychiatrie, restrictions drastiques des budgets alloués à la psychiatrie entrainant la fermeture ou le « regroupement » d’unités de soins dont le fonctionnement à « effectif minimum de sécurité » est depuis longtemps devenu la règle...

L’USP, dans son communiqué du 30 septembre 2019, résumait les conclusions du rapport parlementaire en ces termes : « La psychiatrie était au bord du gouffre, elle doit faire un grand pas en avant ! ». Force est de constater que la pandémie actuelle agit comme révélateur, aux yeux de tous et, hélas, comme élément potentialisant pour patients et soignants, de la crise organisée que connait la psychiatrie, en précipitant ce grand bond en avant... vers l’abime du démantèlement des services publics de santé et de santé mentale !

Il est en effet à craindre, à l’instar de la situation vécue lors de la seconde guerre mondiale, que les personnes atteintes de troubles mentaux soient les premières victimes indirectes de l’épidémie actuelle, en raison de l’incurie et de la négligence coupable d’un gouvernement qui a abandonné toute politique de prévention, depuis longtemps sacrifiée sur l’autel de l’austérité.

Dans les vœux que vous nous adressiez à l’orée de cette année 2020 figurait, en exergue, cette citation de Bernanos : « On ne subit pas l’avenir, on le fait »... Nous devons hélas constater, en miroir, la réalité de cette maxime dans le douloureux présent que subissent maintenant patients et soignants en psychiatrie, victimes d’un avenir qu’une gouvernance sanitaire dominée par le dogme de l’économie n’a jamais su ni voulu anticiper.

Au-delà de l’épisode actuel, nous exprimons à notre tour l’exigence que soit repensée, très globalement, l’organisation des soins psychiatriques sur le territoire afin d’éviter l’émergence d’autres situations « d’urgence » que, de fait, la psychiatrie connait en permanence depuis des années.

Veuillez croire, Madame la députée, à notre vigilance aujourd’hui et demain.

Pour l’USP
Pascal Boissel, président
Philippe Gasser, vice-président

Lire aussi

Le SMG signe la tribune initiée par l’association Henri Pézerat « Covid-19 : une autre stratégie de lutte est possible, mobilisons-nous ! »

27 novembre 2020
Urgence Covid 19 : Une autre stratégie de lutte est possible Tribune du 26 novembre 2020 La Constitution « garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de …

Communiqué Uniopss, ODSE, Mutuelles de France, Fédération des acteurs de la solidarité, France Assos Santé et Sidaction : Face à la deuxième vague du COVID-19, le gouvernement ne peut pas restreindre l’accès aux soins des personnes étrangères

17 novembre 2020
Le SMG soutient les revendications de sécurisation du parcours de soin des personnes étrangères, en particulier la suppression des obstacles à la demande d’AME tels que l’obligation du dépôt en …

Communiqué de soutien au Dr Michel BUSCH en procès avec l’Ordre des médecins le 4 novembre 2020 pour non paiement de cotisation ordinale, après le rapport accablant de la Cour des Comptes

29 octobre 2020
par MIOP
Le SMG apporte également tout son soutien à Michel BUSCH et plus largement à tou·te·s les professionnel·le·s de santé mis·es en cause devant leurs ordres professionnels pour avoir été loyal à l’intérêt …