FENDRE LES ARRÊTS DE TRAVAIL - Les arrêts maladie sont un droit des personnes malades, ils font partie des traitements

Publié le jeudi 3 mai 2018

Lettre aux patient.e.s, usager.ère.s, citoyen.ne.s

Le SMG, comme d’autres organisations politiques et syndicales, constate avec inquiétude que les arrêts maladie sont de plus en plus critiqués au moyen de raccourcis idéologiques :
Arrêt maladie = fainéant.e.s,
Arrêt maladie = fraudeur.euse.s,
Arrêt maladie = absentéisme,
Arrêt maladie = trou de la sécu,
Arrêt maladie = perte de compétitivité...
Cette stigmatisation aboutit même à un comportement de « présentéisme », en effet beaucoup de salariés.e.s refusent les arrêts médicalement justifié.e.s, pour ne pas perdre de salaire ou ne pas faire porter plus de poids/charge de travail sur les collègues.

Le SMG rappelle que l’arrêt maladie est un acquis social des travailleur.euse.s.
Le SMG rappelle que les arrêts maladie sont justifiés par l’évolution naturelle des maladies et la période de récupération d’une maladie ou d’un traumatisme.
Le SMG rappelle que la durée d’un arrêt maladie ne peut être prévue à l’avance avec certitude car elle dépend de facteurs multiples, individuels, environnementaux, familiaux, sociaux, psychologiques.
Le SMG rappelle que les arrêts maladies dépendent également de l’activité professionnelle des travailleur.se.s. Ils sont parfois justifiés par la toxicité des conditions de travail. Ils sont sous-prescrits depuis de trop nombreuses années quand il s’agit de certifier (par le médecin) et déclarer (par les patient.es et les employeur.euse.s) les accidents du travail et les maladies professionnelles.
Le SMG rappelle que c’est une arme thérapeutique qui a beaucoup moins d’effets indésirables que les médicaments ou les interventions chirurgicales.
Le SMG demande à toutes les instances d’arrêter :
-  De culpabiliser les travailleur.se.s et les médecins ! Lorsqu’un arrêt de travail est prescrit, c’est qu’il est nécessaire !
-  De promouvoir des pseudo-référentiels de métier qui déterminent la durée des arrêts de travail selon la maladie. Aucune donnée scientifique ne justifie ces recommandations !
-  De vouloir faire du peu d’arrêts de travail prescrits un élément de performance dont dépendront les primes des médecins ! La Rémunération sur Objectifs de Santé Publique dans son forfait structure prévoit de rémunérer les médecins selon ces prescriptions. Ils joueront le jeu de la suspicion, des contrôles et des employeur.euse.s. Pour la santé de qui ?

Patient·es
Osez demander les arrêts de travail dont vous avez besoin pour garantir votre santé.
Demandez à votre médecin de ne pas noter la cause de l’arrêt maladie, qui ne regarde que vous et lui/elle.
Défendez votre droit aux arrêts maladie, et à la reconnaissance de votre parole concernant vos conditions de travail et les moyens de protéger votre santé.

Le bureau du SMG

Lire aussi

Lucien Farhi, notre camarade, notre compagnon de route et notre ami est parti le 8 décembre, à l’âge de 82 ans

16 décembre 2019
par SMG
Il avait rejoint le SMG et Pratiques avec deux amis pour s’occuper des comptes, ce qu’il a très bien fait, inventant une souscription, gérant l’informatique, aidant à l’équilibre de la situation. Il …

Communiqué de la Case de Santé : C’était moins une, encore une fois ! C’était moins une, pour la dernière fois.

10 décembre 2019
Nous venons d’obtenir de l’ARS les garanties nécessaires à ce que la Case de Santé passe l’étape de la fin d’année. Les décisions de financements 2019 ont été augmentées pour prendre en compte le …

Appel unitaire pour le jeudi 14 novembre 2019 pour la défense du service public de santé

12 novembre 2019
par SMG
Le SMG appelle à rejoindre et soutenir (de toutes les manières possibles et bien sûr dans la rue) la mobilisation du 14/11/2019 pour défendre le service public de santé et en particulier l’hôpital …

Lubrizol : chronique d’un responsable CGT

12 novembre 2019
par SMG
Bonjour, Vous trouverez ci-dessous une chronique intéressante d’un inspecteur du travail et syndicaliste CGT sur la catastrophe en Seine-Maritime. Nous sommes particulièrement concerné.e.s en tant …