Article du Quotidien du Médecin du 5 mars 2007 : Des urgentistes, psychiatres et généralistes contre les corporatismes

Publié le mardi 6 mars 2007, par Quotidien du médecin

L’AMUF, L’USP ET LE SMG FONT PROJET COMMUN

Se posant en ardents défenseurs du service public de santé, trois organisations de médecins hospitaliers et libéraux font fi de leurs différences, et élaborent ensemble et tous azimuts des propositions pour l’avenir du système de soins.

EST PASSÉE la santé dans la campagne présidentielle ? Réunis pour porter un projet commun, trois organisations – l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf), l’Union syndicale de la psychiatrie (Usp) et le Syndicat de la médecine générale (SMG) – s’interrogent. « Sur les questions sanitaires, les candidats écartent le débat, regrette le Dr Patrick Pelloux, président de l’Amuf. Que se passe-t-il ? Soit ça ne les intéresse pas. Soit ce débat appartient à une petite élite qui, droite ou gauche, mène toute seule une réflexion pour elle consensuelle. » Amuf, Usp et SMG se posent avant tout en défenseurs acharnés du service public. Le Dr Pierre Paresys, porte-parole de l’Usp, explique : « Les fondations de notre système sont petit à petit détruites par les gouvernements successifs. Il faut arrêter ce mouvement et reprendre les valeurs de solidarité qui fondent un service public de la santé. »

Dans ce but, les trois syndicats formulent ensemble des propositions qu’ils veulent débarrassées de tout « corporatisme ». « La logique aujourd’hui dominante, c’est que chacun, dans les différents secteurs de l’offre de soins, défend son territoire. Il faut en finir. Nous travaillons sur ce qui fait nos convergences », souligne le Dr Didier Ménard, porte-parole du SMG.

Résultat : en matière de formation, de démographie, de permanence des soins, de coordination ville-hôpital, les trois organisations tracent des pistes de réflexion « à l’usage des candidats (à l’Elysée) » comme des professionnels. Des pistes qui, bien souvent, ont allure de remise à plat pure et simple. Les syndicats plaident, par exemple, pour que les étudiants en médecine, en école d’infirmières, de sages-femmes… touchent un Smic dès la deuxième année, l’idée étant « d’éviter une période de grande carence financière pour les jeunes qui entraîne un effet de rattrapage quand ils ont la possibilité de travailler ». Ils suggèrent également que les études médicales soient raccourcies d’une année (par le regroupement des deuxième et troisième années) et insistent : « Les étudiants doivent connaître le monde du travail, l’organisation du système de santé et pas seulement le monde de la science. »« Il faut changer les mentalités, insiste Patrick Pelloux. Dès le début des études de médecine, la participation à la permanence des soins –la garde– est présentée comme quelque chose de pénible, comme une contrainte, du travail en plus. C’est dommage. » En matière de PDS, le patron de l’Amuf prône d’ailleurs un très grand ménage : « Il faut réinventer un système. Il n’y a plus que le Conseil de l’Ordre qui croit que l’actuel fonctionne ! » Fin de la liberté d’installation ? Au chapitre de la démographie, la question de la régulation de l’installation des jeunes générations ne peut pas ne pas être posée, estiment l’Amuf, l’Usp et le SMG, qui mettent sur la table les conditions de rémunération de l’ensemble des médecins, défendant des forfaits pour les libéraux, un statut et une rémunération unique pour les salariés quel que soit leur employeur.

Quant au pilotage du système – et à son financement –, il mérite lui aussi un grand coup de balai. « Mission régalienne de l’Etat », le service public de santé doit être débroussaillé pour que l’on sache précisément « qui y fait quoi ». Amuf, Usp et SMG souhaitent que l’on « parte des territoires de santé en mettant en place à cet échelon des structures réunissant l’ensemble des partenaires du système ».

A l’approche de l’élection présidentielle, le Dr Pelloux pousse les candidats dans leurs retranchements : « Les politiques sont malins. Ils disent aux Français “On a le meilleur système de santé ?? . Mais je pose la question : le “meilleur système de santé ?? aurait-il permis la crise de la canicule de 2003 ? »

KARINE PIGANEAU

Portfolio

  • Quotidien du Médecin-5 mars 07

Lire aussi

Le Formindep publie son premier classement des facultés de médecine française

8 janvier 2017
par Formindep, Paul Scheffer
Le SMG, qui s’est toujours mobilisé pour l’indépendance au niveau de la formation et de l’information et pour l’indépendance dans l’exercice du métier face aux lobbies pharmaceutiques, relaie cette …

Appel SMG à soutien du livret - Pourquoi garder son indépendance face aux laboratoires pharmaceutiques

19 octobre 2015
par La troupe du rire
Le Syndicat de la Médecine Générale appelle à soutenir la diffusion du livret Pourquoi garder son indépendance face aux laboratoires pharmaceutiques ? Ce livret a été réalisé par La Troupe du Rire dont …

L’association de consommateur Que Choisir a diligenté une étude très bien documentée intitulée Information autour du dépistage du cancer du sein (les épines d’« Octobre rose »)

2 octobre 2012
par UFC Que choisir
Alerté par le Formindep, l’association de consommateur Que Choisir a diligenté une étude très bien documentée intitulée Information autour du dépistage du cancer du sein (les épines d’« Octobre rose »). …

Construire une charte éthique de la Formation Médicale Continue

15 janvier 2005
par Société de formation continue des médecins généralistes SFMG
Projet de construction d’une charte éthique de la Formation Médicale Continue à l’issue des « Etats Généraux de la Formation Médicale Continue Indépendante », sur l’initiative de la …