Soutien aux grévistes : défendre les droits sociaux, c’est défendre la santé de tou.te.s !

Publié le jeudi 19 avril 2018

Le SMG appelle ses adhérents, mais plus largement tou.te.s les médecins et tou.te.s les citoyen.ne.s, à soutenir les grévistes, notamment en participant aux caisses de grèves.

En tant que médecins, nous savons que la santé est majoritairement déterminée par les conditions d’existence : travail, logement, alimentation, liens sociaux et affectifs. Les contre-réformes actuelles du gouvernement Macron visent à détruire le modèle social acquis par les luttes, à diviser et fragiliser le mouvement qui conteste un ordre inéquitable et injuste.

En tant qu’organisation, le SMG soutient financièrement la caisse de grève intersyndicale [1]. Au niveau individuel, SMG appelle chacun.e à participer selon ses moyens aux caisses de grève nationales ou locales.


Contacts
Guillaume Getz
06 22 61 35 12
Camille Gendry
06 76 71 39 08

Lire aussi

Non à la restriction de l’accès aux soins et aux transports

11 décembre 2018
Double peine pour ceux et celles à qui on a refusé l’asile ou le séjour en France En 2016, la réforme PUMa a simplifié l’accès à l’Assurance maladie pour beaucoup de gens. Il n’est plus nécessaire …

Nous, médecins, ne pourrons donc plus faire le lien entre santé et travail ?

5 juillet 2018
Le Syndicat de la Médecine Générale s’inquiète et s’indigne des difficultés croissantes pour les médecins d’attester librement du lien entre l’altération de la santé et le travail des salarié.e.s. Le rejet …

Loi « asile-immigration » : nouvelles mises en danger de la santé des étrangers

19 avril 2018
Le SMG dénonce l’aggravation des conditions de vie des sans-papiers liée aux multiples refus de séjour, à la négation de leurs droits fondamentaux et à l’exclusion organisée de la part de l’Etat …

Non à la restriction des arrêts de travail

20 mars 2018
Le SMG dénonce les pressions faites par l’Etat, les médias et l’Assurance maladie sur les médecins pour diminuer la prescription des arrêts maladie dont les salarié·es ont besoin. Les salarié.e.s, «  …