Santé des jeunes médecins : l’Ordre se trompe de combat, encore une fois !

Publié le lundi 14 mars 2016

S’appuyant sur des faits tragiques récents et en recherche de légitimation, le Conseil national de l’Ordre des médecins a lancé une nouvelle enquête auprès des jeunes médecins dont la santé est mise en danger par les conditions de travail.
Au-delà du caractère intrusif de cette enquête, dont l’anonymat est parfois douteux du fait de l’hébergement sur le site même de l’Ordre, nous dénions à celui-ci sa volonté de se promouvoir représentants des jeunes médecins.
L’Ordre n’est pas seulement faible de proposition en lançant, pour faire croire qu’il agit, une enquête qui n’apportera rien de nouveau sur un sujet déjà connu. Il n’est surtout pas à sa place.
De plus, les propositions esquissées à la fin du questionnaire nous inquiètent grandement.
En prétendant aider les jeunes médecins par la mise en place d’un processus de requalification ou de reprofessionnalisation, l’Ordre fait l’amalgame entre des internes atteints de pathologies physiques ou psychiques rendant impossible la fin de leur cursus (qui sont actuellement totalement délaissés par les instances qu’elles soient administratives comme les ARS ou hospitalo-universitaires) et les internes victimes de leurs conditions de travail. Il oublie de pointer les causes de la souffrance plutôt que les conséquences. Il stigmatise les jeunes médecins et légitime le sentiment de dévalorisation injustifié qui les touche. C’est justement ce sentiment erroné de ne pas être apte à exercer le métier qu’ils ont choisi et étudié durement pendant une dizaine d’année qui intervient dans l’action d’intenter à divers degré à sa vie.
Nous affirmons que l’ensemble de internes et jeunes médecins touchés par l’épuisement, la souffrance au travail et le burn-out n’ont pas à avoir honte de leur situation, tout comme les médecins installés. L’origine de ces symptômes n’est pas dans leur inaptitude, mais dans l’organisation même des conditions de travail et d’étude. C’est celles-ci qu’il faut réformer, pas les jeunes médecins.
Nous rappelons notre volonté de voir l’Ordre des médecins supprimé et notre appel à soutenir le Mouvement d’Insoumission Ordinal Partiel (MIOP)1.
Nous appelons au respect du droit du travail et notamment à l’application effective de la limitation du temps de travail hebdomadaire.

1. http://www.smg-pratiques.info/Soyez-insoumis-a-l-Ordre.html


Contacts
Martine Lalande : 06 03 36 66 17

Lire aussi

Convention médicale 2016 : fuite en avant technocratique, contrôle social renforcé et dogmatisme de la performance

28 novembre 2016
Récemment, les partenaires conventionnels ont accouché d’un texte au registre ouvertement économiciste et technocratique (« médecin généraliste, acteur central du système ; maîtrise médicalisée des …

« Déserts médicaux » : la solution c’est la démocratie

25 novembre 2016
La « désertification médicale » pose un problème d’accès aux soins pour nos concitoyens, et de qualité des soins, détériorée par l’absence de transmission des connaissances locales et des savoir-faire des …

CONVENTION 2016 : ALERTE ! Danger sur la ROSP et le risque de limitation des arrêts maladie

14 novembre 2016
La ROSP, paiement à la performance, a subi un ravalement de façade. Des critères ont été changés. Et le danger que nous avions prédit (communiqué du 18 avril 2013) se matérialise clairement. Après un coup …

Mayotte en colère, notamment pour sa santé : lettre ouverte du SMG et communiqué de SUD santé sociaux

15 avril 2016
I- LETTRE OUVERTE L’insuffisance de la couverture médicale à Mayotte est très souvent dénoncée, de l’ARS à la cour des comptes, de médecins du monde au FEDOM [1], tous sont unanimes : Mayotte a une …