Archive / 2012

Pétition à signer en ligne : Autisme et HAS, réponse des équipes de pédopsy

Publié le jeudi 5 avril 2012

Pour : Haute Autorité de Santé, Assemblée de la République, Premier Ministre

Ce manifeste, élaboré par les soignants du Secteur de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent du Centre Hospitalier d’Alès, est proposé au soutien de toutes les personnes concernées par le soin aux personnes autistes, avec pour objectif de créer une dynamique de pensée autour de la souffrance psychique.

Suite à la publication des recommandations de la Haute Autorité de Santé définissant les « bonnes pratiques » dans la prise en charge des enfants et adolescents autistes, où elle déclare « s’opposer de façon formelle » à la pratique du packing et où elle estime que les interventions fondées sur les approches psychanalytiques et la psychothérapie institutionnelle ne sont pas « pertinentes » pour « favoriser l’épanouissement personnel, la participation à la vie sociale et l’autonomie de l’enfant et de l’adolescent »,
Suite aux attaques et à la vision caricaturale que certains voudraient donner de nos pratiques,

Nous, personnels des équipes pluridisciplinaires de pédopsychiatrie signataires de ce manifeste, tenons à réagir :

Oui, la psychanalyse fait partie de notre « boîte à outils » pour penser les fonctionnements psychiques et les angoisses terrifiantes auxquelles sont confrontés ces enfants.
Oui, en faisant de nos hôpitaux de jour des lieux de partage de la vie quotidienne, en essayant d’analyser avec des intervenants extérieurs ce qui se joue sur la scène institutionnelle, nous nous reconnaissons dans le mouvement de la psychothérapie institutionnelle.
Non, les hôpitaux de jour ne sont ni des forteresses ni des prisons, et nous ne sommes pas des tortionnaires sectaires. Nous sommes, nous aussi, soucieux de l’avenir et de la meilleure intégration possible de ces enfants dans la société, dans le respect de leurs différences.
Oui, chaque enfant est au centre d’un dispositif d’ouverture permanente au monde qui l’entoure. Nous travaillons de concert avec l’Education Nationale, avec des I.M.E, avec les services de l’ASE et tous les partenaires sociaux pouvant prendre une place auprès des enfants dont nous avons la charge (centres de loisirs, associations culturelles, etc.) et nous pouvons témoigner, ainsi que les parents et les Centres Ressource Autisme (CRA), de l’évolution positive de ces enfants lorsqu’ils bénéficient de ces multiples articulations.
Non, nous ne culpabilisons pas les parents. Au contraire, nous accueillons et partageons leurs souffrances, leurs doutes, mais aussi leurs joies et leurs espérances. Nous écoutons et prenons en compte leur demande d’être accompagnés dans la recherche de solutions pour alléger le poids que peut représenter la vie quotidienne avec leurs enfants ; et si nous n’imposons jamais rien, nous sommes toujours engagés auprès d’eux.
Oui, certains d’entre nous pratiquent le packing, mais toujours avec l’accord des parents et après avoir expliqué en quoi cela consiste ainsi que les raisons cliniques pour lesquelles nous le proposons. Nous respectons toujours les réactions des enfants et nous nous laissons guider par eux. C’est pourquoi nous pouvons affirmer n’avoir observé que des effets positifs chez la plupart des enfants ayant bénéficié de cette technique.
Oui, nous nous élevons face aux démarches visant à interdire et judiciariser nos pratiques, car lorsqu’on veut les interdire et ne promouvoir qu’une seule forme de prise en charge à l’exclusion de toute autre, on dessine une société qui s’apparente à une forme de totalitarisme. Les attaques faites à la psychanalyse - comme à toutes les formes de thérapies relationnelles qui s’appuient sur la conception d’un sujet libre ne se réduisant pas à une simple collection de comportements à rééduquer - nous semblent s’inscrire dans le mouvement actuel et plus général d’attaques faites à la culture, à la complexité de la pensée ainsi qu’à toutes les formes de créativité qui continuent d’échapper à la volonté scientiste de tout évaluer, de tout quantifier.
Oui, nous continuons à penser que l’usage de la Parole dans nos institutions de soins, sous quelque forme que ce soit, reste le meilleur des outils pour préserver l’humain en chacun de nous.
Afin de permettre à la diversité d’exister, nous nous engageons à faire vivre toute la clinique qui est aujourd’hui la nôtre, à continuer d’accueillir ces enfants pour ce qu’ils sont - en leur offrant des espaces où évoluer et se construire - et non pas pour ce que nous voudrions qu’ils soient, et à encourager la dialectique plutôt qu’à laisser s’installer la simplification et l’uniformisation de la pensée.
C’est aussi dans cet esprit que nous soutenons le professeur Pierre Delion pour son éthique, faite du respect du sujet humain, de l’accueil de la souffrance des enfants et de leurs parents, et pour le portage attentionné des équipes avec lesquelles il travaille.

Nous voudrions que ce texte ne reste pas une simple réaction ponctuelle ; nous souhaitons, avec tous ceux qui sont intéressés, continuer à écrire et témoigner de nos pratiques sur un site en voie de création et dans de futures rencontres. Pour vous informer sur la création de ce site vous pouvez vous connecter à : http://www.balat.fr/Autisme-reponse-des-equipes-de.html


Voir en ligne : http://www.petitionpublique.fr/Peti...

Lire aussi

Appel de la Communauté Médicale du CHS de la Savoie - 15 avril 2017

15 mai 2017
Les membres de la Communauté Médicale du CHS de la Savoie tiennent à alerter les tutelles et l’ensemble de leurs partenaires sur la situation de la Psychiatrie Publique et à exprimer fermement leur …

Communiqué de l’USP du 14 octobre 2016 : Pour un accueil inconditionnel des réfugié.e.s

14 octobre 2016
Les migrants et réfugiés, dont la situation est la conséquence de la mondialisation néolibérale et de ses guerres, montrent aux psys et aux militant.e.s qui interviennent auprès d’eux, avec eux, les …