Communiqué commun Act up-Paris et AIDES : François Fillon et l’aide médicale d’Etat (AME) : c’est ça pour vous la dignité humaine ?

Publié le lundi 16 janvier 2017

François Fillon & l’aide médicale d’Etat (AME)

« Si un immigrant vient séjourner, avec vous dans votre pays, tu l’aimeras comme toi-même »
Sérieusement ?

Hier, François Fillon a déclaré que s’il était élu président, l’Aide médicale d’Etat (AME), le dispositif d’accès aux soins des personnes étrangères en situation irrégulière, serait supprimée et remplacée par la seule prise en charge des urgences médicales et des maladies infectieuses.

« Le seul objectif de cette annonce est de relancer un début de campagne ratée, marquée par des annonces impopulaires et injustes sur la Sécurité Sociale, en tapant sur les sans-papiers. Celui qui affirmait le 3 janvier qu’il « ne prendrait jamais une décision qui sera contraire au respect de la dignité humaine, au respect de la personne, de la solidarité » a semble-t-il déjà oublié ces belles paroles », souligne Aurélien Beaucamp, Président de AIDES.

300 000 personnes qui vivent et travaillent en France seraient concernées. Cette mesure serait une aberration de santé publique. Elle empêcherait l’accès à la prévention et au suivi médical pour une population déjà précaire, l’AME étant réservée aux personnes ayant moins de 721 euros pour vivre. Elle contribuerait à engorger des services d’urgences déjà sous tension. Elle serait couteuse pour les finances publiques : les prises en charge tardives, alors que les pathologies sont plus avancées et plus lourdes à traiter, vont se multiplier. Actuellement les dépenses de l’AME ne représentent que 0,45% de l’ensemble des dépenses de soins en France[1].

François Fillon évoque une prise en charge des maladies infectieuses. Pour le VIH, l’ensemble des recommandations prescrit une mise sous traitement précoce pour ramener la charge virale à un niveau indétectable, améliorer la qualité de vie des personnes et empêcher de nouvelles contaminations. Comment une telle prise en charge serait possible si les personnes n’ont pas accès au dépistage ? Seront-elles condamnées pour être soignées à ce que la maladie se déclare et ne les amène dans la salle d’attente des urgences ?

Il est pour nous intolérable que la santé des étrangers malades, et par conséquent celle de l’ensemble de la population française, serve d’argument de campagne à des candidats disposés à flatter les penchants les plus réactionnaires de l’électorat.

CONTACT PRESSE
Romina Sanfourche
AIDES
06 99 11 67 78
rsanfourche@aides.org


[1] 159,2 milliards de prestations versées par la branche maladie de la sécurité sociale (source : CNAMTS)/ 678 millions d’euros sont destinés au financement de l’AME (source : ministère de la santé). (2015)


Voir en ligne : http://m.aides.org/presse/francois-...

Lire aussi

Réponse de l’USP à Mme Wonner, co-rapporteuse de la mission parlementaire sur la psychiatrie

27 mars 2020
Madame la députée, Vous nous invitez à vous faire remonter les difficultés rencontrées dans l’exercice des soins psychiatriques. Vous n’êtes cependant pas sans savoir ces « difficultés », chroniques, …

Communiqué de l’ANCIC du 24 mars 2020 - COVID

27 mars 2020
L’Association Nationale des Centres d’Interruption de Grossesse et de Contraception souhaite alerter des conséquences de la crise sanitaire du COVID sur la santé génésique des femmes et demande que des …

Communiqué : Salubrité publique en période d’épidémie : une urgence humaine et sanitaire

17 mars 2020
Salubrité publique en période d’épidémie : une urgence humaine et sanitaire ! Communiqué dont la LDH est signataire Plus de 3500 personnes sont aujourd’hui à la rue, en demande d’asile ou non, en …

Communiqué du SNJMG : Le virus du racisme est bien plus répandu que le virus 2019-nCoV

31 janvier 2020
En adhérant au Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG), les internes, remplaçants et jeunes installé.es ou salarié.es en Médecine Générale, s’engagent dans une organisation qui soutient …