Appel contre les franchises et pour l’accès aux soins pour tous : Quatre heures pour la Sécu le 29 septembre 2007

Publié le mardi 10 juillet 2007

Le SMG est partie prenante de "l’appel contre les franchises et pour l’accès aux soins pour tous : quatre heures pour la Sécu le samedi 29 septembre 2007" dans toute la France. Face aux inégalités d’accès aux soins qui s’aggravent en France, le SMG appelle tous ses adhérents et sympathisants à se mobiliser massivement pour la sauvegarde d’un système solidaire de soins contre les profits toujours plus grands des firmes privées.
Le SMG engage tous ses adhérents et sympathisants à diffuser l’appel ci-joint préparé collectivement par une quarantaine d’organisations (associations d’usagers et de malades, syndicats, partis politiques). Ce seront "4h pour débattre et pour élaborer un système de soins solidaire" contre des franchises et des dépassements d’honoraires toujours plus élevés.

Appel contre les franchises et pour l’accès aux soins pour tous

Quatre heures pour la Sécu le 29 septembre 2007

Professionnels du soin, syndicats, partis politiques, acteurs du monde associatif ou médico-social, mutualistes, représentants des usagers et /ou usagers du système de santé, nous nous mobilisons contre les franchises, pour l’accès aux soins de qualité et à la santé pour tous.

Nous refusons les franchises sur les soins, que veut mettre en place le nouveau gouvernement :

-  Appliquer une franchise, c’est ne rien rembourser au patient en dessous d’un seuil annuel de dépenses proposé par le gouvernement et voté par le Parlement.

-  Appliquer une franchise, même si elle épargnait les patients bénéficiaires de la CMU, c’est pénaliser les patients aux revenus les moins élevés, c’est aggraver les difficultés d’accès aux soins de ceux qui ne peuvent actuellement se payer une complémentaire, de ceux qui ne le pourront plus car le coût des complémentaires augmentera.

-  Appliquer une franchise, c’est rendre impossible, en médecine générale, la pratique du tiers payant, alors que celui-ci est nécessaire pour l’accès aux soins des patients aux revenus les plus modestes.

-  Appliquer une franchise, c’est dissuader les patients de se faire soigner pour des maladies apparemment peu sévères mais qui, faute de soins, risquent de s’aggraver ; c’est les inciter à reporter à plus tard les actes de prévention ; c’est l’inverse d’une politique cohérente de santé publique.

-  Appliquer une franchise, c’est économiquement inefficace : les forfaits, mis en place ces dernières années, n’ont pas empêché l’accroissement des dépenses de soins car celles-ci sont concentrées sur un petit nombre de personnes à pathologies graves.

La franchise est censée « responsabiliser » les patients, les membres du gouvernement le répètent constamment. C’est dire que pour eux, les Français sont irresponsables... Or, pour être responsable, il faudrait pouvoir s’orienter en connaissance de cause, bénéficier d’un système d’information claire sur l’organisation réelle du système de santé, sur les tarifs pratiqués, sur les pathologies et l’éducation à la santé. C’est loin d’être le cas en France.

La responsabilisation est donc un prétexte, la franchise est avant tout un système de pénalisation financière et de culpabilisation, notamment du malade pris en charge à 100 %, du cancéreux, du dialysé, du diabétique, de l’accidenté du travail. Ce projet s’inscrit dans une « culture » des uns contre les autres, génératrice de haines sociales.

La question de la dépense de soins découle de décisions politiques sur l’organisation du système de soins, du mode de rémunération des professionnels, du type de formation qu’ils reçoivent (indépendante ou non notamment), de la mise en place d’actions de prévention et d’éducation à la santé, d’actions sur les conditions de vie des gens, sur la santé au travail et environnementale, sur le bien manger...

L’instauration de franchises, la généralisation des dépassements d’honoraires par la création d’un secteur optionnel, aboutiraient à l’abandon progressif d’un système d’Assurance maladie solidaire, dans lequel chacun cotise selon son revenu et est soigné selon son état de santé ; ce serait la mise en place d’un système assurantiel privé favorable à la croissance des inégalités sociales de santé.

S’opposer aux franchises est le premier pas pour construire un système de santé plus juste.

Réussir la mobilisation du 29 septembre 2007, c’est permettre ensuite, s’il n’y a pas abandon par le gouvernement de cette proposition injuste, d’engager, dans la deuxième quinzaine d’octobre, des manifestations décentralisées dans toute la France.

Lire aussi

L’invité d’Actu de France Bleu Paris (30 octobre 2019) : Dr Antonin Mathieu, médecin généraliste

31 octobre 2019
par Antonin Mathieu
Le Dr Antonin Mathieu, médecin généraliste témoigne sur France Bleu Paris du refus de soins pour les personnes bénéficiaires de la CMU.

14 novembre : le SMG et Pratiques au colloque de la LDH

2 novembre 2015
La Ligue des droits de l’Homme, qui agit dans tous les domaines pour l’effectivité, l’indivisibilité et l’universalité des droits, est pour la première fois à l’initiative d’un Colloque régional sur les …

Pétition : Pour un tiers payant généralisé à guichet unique de l’Assurance maladie - Non à la loi de santé Marisol Touraine

2 février 2015
Pour un tiers payant (1) généralisé à guichet unique de l’Assurance maladie Le gouvernement se targue d’une loi relative à la santé publique ? Il parle de mesures « sociales » ? Chiche ! QU’IL …

Communiqué de la Fédération nationale des centres de santé du 20 mars 2013 : Les centres de santé 100 % tiers payant

20 mars 2013
Quand un patient pousse la porte d’un CENTRE de SANTE, il est sûr de ne s’acquitter au maximum que du ticket modérateur pour régler sa consultation, soit 6,90 € en médecine générale et 7,50 € pour un …